2008 - Juillet / Août

Juillet – Août 2008, Numero 51

Bulletin d’information n° 51

Prendre de l’âge - une vision positive
http://www.healthandage.com
Juillet – Août 2008

Bulletin d’information
Prendre de l’âge – une vision positive.
Par Kenneth et Mary Gergen.
Pour un dialogue fécond entre la recherche et la pratique.
Parrainé par la Web-based Health Education Foundation [Fondation pour l'Education à la Santé en Réseau] et le Taos Institute.
Traduction : Alain Robiolio

Dans ce numéro:

Informations aux lecteurs
UNE OFFRE SPECIALE A L’INTENTION DE NOS LECTEURS
Un séminaire intitulé Dialogues that deliver : Generative Practices in Collaboration, Conflict, and Community [Dialogues enrichissants : pratiques génératives de la collaboration, dans les conflits et les communautés] parrainé par le Taos Institute. Ce séminaire comprend des entretiens et des ateliers avec Ken et Mary Gergen et des thérapeutes, des consultants en entreprises, des enseignants et des praticiens de la santé. Pour de plus amples informations et pour s’inscrire : www.taosinstitute.net Une réduction de 100$ est offerte à nos lecteurs. Votre code d’enregistrement : XuBBVX

COMMENTAIRE Une vie extravagante et précieuse

Dites moi, qu’allez-vous faire de votre vie extravagante et précieuse ? Mary Oliver(2)

Nous aimons beaucoup cette question, même si elle nous fait un peu trembler. Nous nous demandons avec quelque anxiété si nous avons utilisé notre temps à bon escient durant les décennies passées. Nous espérons, peut-être, qu’à entendre raconter notre histoire, d’autres y découvriront des choses précieuses et une grande quantité de choses vraiment « extravagantes ». En même temps, il y a dans la question quelque chose qui suggère une conclusion, comme s’il nous était demandé de retourner maintenant dans le passé, comme si nous arrivions à la fin du voyage. A l’image de la plupart des recherches que nous mentionnons dans ce bulletin, ce serait malvenu. Comme le dit le vieil adage, nous gagnons en santé, en énergie, en bien-être, si nous pouvons penser à chaque jour comme s’il était le premier de notre vie. En nous posant cette question, nous nous penchons vers les fleurs précieuses et extravagantes que chaque jour nous apporte. Dans l’idéal, aucune heure ne devrait passer sans que nous y découvrions un petit joyau … de sagesse, d’humour, d’amour, d’action. Si ce n’est pas à proximité, rien ne nous empêche de tendre le bras pour l’atteindre. Il y a toujours un morceau de chocolat à manger, une tendresse à se montrer, un remerciement à écrire, un ami à appeler, un instrument à jouer, un livre à ouvrir, un but à atteindre, un pull à tricoter, un enfant pour jouer, une nouvelle recette à tenter, un nouveau voyage à planifier, un voisin à visiter ou un hamac pour se coucher. Aujourd’hui dans un magasin, un homme parlait de sa mère. Elle venait de louer une maison dans les Alpes en Autriche et y faisait une randonnée. Il disait : « Elle essaie de redonner un sens à sa vie. Mon père est décédé cette année et c’est le moyen qu’elle a trouvé pour recommencer. Quand j’étais bébé, mes parents étaient moniteurs pour des adolescents, nous traversions l’Europe en bus. J’avais une à deux semaines lorsque j’ai voyagé pour la première fois en France. Puis ils ont mis fin aux voyages pour pouvoir élever une famille et rester au même endroit pour un temps. Vous voyez, je pense que ma mère est en train de redémarrer sa vie, de revenir là où elle l’avait laissée. Elle n’est jamais allée en Autriche, je m’imagine qu’elle a envie de refaire quelque chose de neuf là-bas. Elle profite de toutes les occasions pour se retrouver ». Et lorsque l’extravagant nous traverse l’esprit, nous pourrions peut-être nous mettre à la découverte de tout ce que nous ne savons pas encore sur nous-mêmes. Parfois, nous pourrions nous demander ce qui a enrichi notre journée.
Mary et Ken Gergen

RECHERCHE – Les travailleurs âgés sont de meilleurs travailleurs

Un stéréotype répandu dans le monde du travail veut qu’à maints égards, les jeunes travailleurs sont meilleurs que leurs aînés. Ils sont plus motivés, plus énergiques, plus appliqués et apprennent plus rapidement. Le travailleur âgé, toujours selon ce stéréotype, perd son énergie, est moins dévoué, moins intéressé et plus ou moins ponctuel. Pour vérifier ces assertions, un sondage a été réalisé dans des agences de soins médicaux et des maisons de retraite pour savoir comment des travailleurs d’âges divers accomplissent leur travail. Les employeurs ont comparé leurs travailleurs de plus de 55 ans à leurs travailleurs plus jeunes. Les résultats sont spectaculaires. Les travailleurs plus âgés ont été jugés plus loyaux, plus indépendants, plus habiles, plus compréhensifs, plus patients, plus coopérants et plus sérieux dans leur travail que les plus jeunes. Ils montrent plus de plaisir à s’occuper des personnes malades, à gagner la confiance des clients et communiquent mieux avec eux. Ils sont moins enclins à quitter leur travail durant plus de 10 jours pour suivre une formation, ils ont moins de problèmes dus à un manque d’expérience, moins de problèmes de responsabilité de famille, ils sont moins souvent absents. Le seul point important sur lequel les travailleurs plus âgés ont été jugés négativement, c’est qu’ils se montrent plus de réticences à utiliser l’ordinateur !Tiré de : Older workers : An opportunity to expand the long-term care/direct care labor force [Les travailleurs plus âgés : un moyen d’étendre le service des soins directs et à long terme], par Melanie Hwalek, Victoria Straub & Karen Kosniewski. The Gerontologist, 2008, 48 édition spéciale 1, pp. 90-103.

RECHERCHE – Le handicap dans la vie tardive : Réalité ou fiction ?

Il est généralement admis que l’âge est un facteur d’aggravation du handicap. Nous craignons souvent qu’avec l’âge, nous ne puissions plus marcher, voir, entendre ou que nous perdions progressivement le contrôle de nos fonctions vitales. De telles craintes sont-elles justifiées ? Dans cette étude, des chercheurs suisses ont analysé la vie de 340 personnes âgées de 80 à 84 ans. Les participants étaient des hommes et des femmes habitant à la ville et à la campagne, issus tous les niveaux économiques. Ils ont été interrogés durant plusieurs années, à raison d’une fois par an, jusqu’à 8 années en moyenne avant leur décès. La moyenne d’âge des décès se situait vers 87 ans. La question principale portait sur le handicap. A quelle fréquence ? Quand ? Pour qui ? L’étude a démontré que les différences de sexe, géographiques, entre zones urbaine et campagne, ne jouent aucun rôle dans le pourcentage de personnes handicapées. La probabilité du handicap ne semble pas augmenter avec l’âge. Rien n’indique que les plus âgés souffrent plus fréquemment d’un handicap. Que l’on ait 80 ou 85 ans, l’âge ne le prédit pas. Les personnes ayant appartenu à une classe économique élevée parviennent à retarder le handicap jusqu’à la dernière année de leur vie. Les chercheurs pensent qu’une bonne santé et l’habitude d’aller marcher dans des lieux différents en Suisse ont permis à ces octogénaires d’éviter le handicap. Reste à savoir si ces résultats peuvent s’appliquer à d’autres pays.
Tiré de : Social Status and Mortability with Activity of Daily Living Disability in Later Life [Statut social, mortalité et activité journalière avec le handicap dans la vie tardive], par Edith Guillet et Christian J. Lalive d’Epinay, Journal of Gerontology, 2008, 61B, pp. 192-196. 

REVUE DE PRESSE

* Bonne nouvelle : Alzheimer jugulé
Une société pharmaceutique basée à Singapour a présenté ses résultats lors d’un symposium à Chicago. Ces données suggèrent une nouvelle façon de stopper la progression de la maladie d’Alzheimer, au moins pour une période de 19 mois selon la recherche. Marcelle Morrison-Bogorad, directrice de la recherche sur la maladie d’Alzheimer au National Institute on Aging(3) l’a reconnu : « Ce sont les premiers résultats vraiment positifs que j’aie vu » dans la lutte contre cette maladie. Dans cette étude, 321 patients ont reçu trois fois par jour une demi-dose de Rember ou de placebo, puis ont été soumis à un test de performances mentales. Les chercheurs se sont aperçus que les personnes du placebo ont perdu en moyenne 7% de leurs fonctions mentales en 6 mois et ont continué de décliner par après, alors que chez les personnes traitées, aucun signe de déclin n’a été détecté. Leur niveau de compétence est resté le même durant toute l’étude (19 mois). Bien que des tests complémentaires soient nécessaires et qu’il se passera encore du temps avant que le médicament ne puisse être mis à disposition du public, la principale substance chimique utilisée dans le Rember se trouve déjà dans un médicament servant depuis 1935 à lutter contre les infections de la vessie – le bleu de méthylène. Il n’a jamais été testé jusqu’ici, parce qu’il est antérieur à la création de la FDA(4), mais il explique peut-être pourquoi nous avons eu des grands-parents si chouettes, spécialement s’ils souffraient de troubles de la vessie. Tiré de : Test drugs shows promise in halting Altheimer’s [Un médicament-test promet de pouvoir juguler la maladie d’Alzheimer], par Marilynn Marchione, Philadephia Inquirer du 30 juillet 2008, A6.

* L’activité pour se prévenir la maladie de Parkinson

Les chercheurs de la Harvard School of Public Health(5) ont analysé durant dix ans 143'000 personnes âgées de 63 ans. Ils ont découvert que celles d’entre elles qui pratiquaient une activité modérée à grande avaient 40% moins de chance de développer la maladie de Parkinson que ceux qui étaient moyennement actifs. Si l’on ne connaît pas très bien les causes de cette maladie complexe, chronique, dépendante de la dopamine(6) présente dans le cerveau, il existe toutefois des thérapies et des médicaments qui permettent d’en contrôler les symptômes. Ainsi, des chercheurs de l’hôpital de la Northwestern University(7) étudient actuellement les effets de l’israpidine, un inhibiteur du calcium utilisé pour la diminution de la pression sanguine, pour déterminer s’il peut stopper ou ralentir les symptômes de cette maladie.
Tiré de : What older adults should know about Parkinson’s disease [Ce que les personnes âgées devraient savoir sur la maladie de Parkinson], par Lisa M. Davila, The Erickson Tribune de septembre 2007, pp.7-8.

* Le Peace Corps(1) recrute des retraités
Ronald Tschetter, aujourd’hui retraité après une longue carrière dans la finance, dirige actuellement le Peace Corps. Son objectif est de ramener un grand nombre de personnes plus âgées à travailler dans un des 75 pays étrangers où cette organisation a lancé des projets. « C’est une énorme ressource qui, redynamisée, serait d’un apport immense pour ces pays », dit-il. La plupart de ces volontaires sont des anciens membres du Peace Corps. Kenneth et June Nicholson, des vétérans du Vermont, enseignent en Bulgarie ; Charles Harkness, du Minnesota a relevé un défi que lui a posé sa fille et enseigne aujourd’hui au Kyrgystan. Le Peace Corps compte environ 8'000 volontaires, la plupart dans leur vingtaine, mais Tschetter recherche des baby-boomers pour leurs connaissances et leur expérience en matière d’agriculture, de commerce, d’enseignement, d’énergie et de santé. Le recrutement est difficile, mais des efforts sont consentis pour attirer des personnes plus âgées. «  J’ai eu une vie très plaisante, mais quelque chose me manquait , dit Nancy O’Connel, une habitante de la Caroline du Nord, qui a servi en Amérique du Sud en 2003. La partie la plus difficile pour elle a été d’y apprendre le hollandais, ce qu’elle a fait en l’étudiant 6 heures par jour durant 7 semaines. La sécurité des volontaires est un souci majeur et un examen médical précède tout assignement à un poste. Le travail du Peace Corps est très diversifié, si l’on a envie de travailler , dit Jack Bardon, du Minnesota, qui s’est engagé à 70 ans avec son épouse. Tiré de : Peace Corps is going after U.S retirees [Le Peace Corps recherche des retraités américains], par Brady Averill, Philadelphia Inquirer du 16 octobre 2007, A8.

* Vous nous appelez vieux ?
Au début du mois de décembre 1965, à l’âge de 22 ans, dans un studio d’enregistrement à Los Angeles, Mick Jagger s’approche d’un microphone et, imitant une voix de femme, il déclare : Que c’est rasant de vieillir ». Ironie du temps, sa pension de l’Etat est prête à lui être remise le mois prochain et en décembre, son autre collègue, le citoyen Keith Richards va lui aussi bénéficier des avantages que procure l’âge de la retraite.
Nous vivons une période optimiste. La reconnaissance tardive du gouvernement anglais qui a déclaré la semaine dernière que les personnes plus âgées ont les mêmes droits que leurs enfants est là pour le prouver. Nous avons un peu abandonné cette idée que la retraite nous est imposée à un âge arbitraire. Avoir 65 ans n’a pas la même signification que lorsque nous étions jeunes. Durant les 35 dernières années, la population du Royaume-Uni âgée de plus de 65 ans a augmenté de 31%, passant de 7.4 à 9.7 millions de personnes et l’Office National de la Statistique prévoit que ces chiffres doubleront durant les prochaines vingt années et tripleront dans les trente années à venir. Vous n’avez pas besoin de travailler chez Saga Travel(8) ou dans une compagnie d’assurance pour vous rendre compte de la force active des cheveux grisonnants, que les pensionnés actifs ne sont plus confinés au jardin ou au bowling. Personne ne peut plus empêcher une personne de 60 ou 65 ans de pratiquer un sport extrême ou d’assister à des concerts de gars avec lesquels ils ont été à l’école. La meilleure nouvelle c’est que les plus âgés ne sont plus ni passifs, ni désorganisés. Dans son dernier livre, Not Dead Yet [Pas encore mort] Julia Neuberger a écrit un « manifeste pour l’âge avancé », un appel aux armes avec des chapitres intitulés « Ne me traitez pas comme si je ne valais pas la peine d’être réparé  et « N’allez pas penser que je n’ai pas de plaisir à la vie, donnez-moi une chance ». D’anciens parachutistes et des octogénaires adeptes du topless sont ses héros.
Tiré de : You Calling us old ? We never felt so young [Vous nous appelez vieux ? Nous ne nous sommes jamais sentis aussi jeunes], par Simon Garfinkel, Observer du 29 juin 2008, p. 4.
 

LIVRES ET AUTRES RESSOURCES

Wellness made easy: 365 tips for Better Health [La santé facilitée : 365 idées pour une meilleure santé], une plaquette éditée par l’University of California, Berkeley Wellness Letter(9). Pour y souscrire, tapez : www.WellnessLetter.com
Chaque mois, ce bulletin fournit des idées pour une vie saine. Voici quelques échantillons des conseils que trouverez dans la plaquette :

  1. Les tomates cuites, celles en sauce notamment (ou red gravy [sauce rouge] comme on l’appelle à Philadelphie), sont plus saines que les crues. Y ajouter de l’ail et des oignons est encore plus sain. De l’origan et de la marjolaine frais sont les meilleurs condiments pour la santé !
  2. Videz l’eau dans laquelle vous faites tremper les poires et les haricots, afin d’éliminer la majorité des hydrates de carbone causes de flatulences.
  3. Lorsque votre bouche est « en feu » à cause des piments, buvez du lait ou prenez une cuillère de yoghourt pour en éliminer l’effet (Dans les restaurants indiens, essayez les concombres mélangé au yoghourt).
  4. Un kilo de popcorn contient autant de calories que 20 chips de pomme de terre.
  5. Pour prévenir la peau sèche, limitez la durée d’un bain à 15 minutes par jour, et choisissez plutôt une douche qu’un bain. Une quantité excessive de bains et l’usage de savons trop décapants enlève la couche de protection huileuse qui retient l’eau à l’intérieur de la peau (les Français semblent l’avoir bien compris).
  6. Si vous croisez souvent des chiens agressifs durant vos promenades, portez un parapluie avec vous pour l’ouvrir afin de les effrayer (Une des solutions possibles …)
  7. Ne vous alarmez pas si vous avalez des noyaux, des graines ou même des trognons de pommes. Pensez fibres.
  8. Avant de subir un test de PSA, évitez d’éjaculer 48 heures avant. L’éjaculation fait monter le niveau de PSA.
  9. Lécher un bobo n’est pas une mauvaise idée. Cela aide à sa désinfection et à rester en bonne santé (L’eau chaude est plus facile à utiliser).
  10. Ne vous échauffez pas avant un exercice. Etirer des muscles froids peut les endommager. Echauffez-vous à la place en joggant durant 5 à 10 minutes.
  11. Eager for your Kisses : Love and Sex at 95 [Envie de tes baisers : amour et sexualité à 95 ans]
  12. Ce film de Liz Caine montre les efforts qu’un vieil homme de quatre-vingt-quinze ans consent pour conserver une vie romanesque et des relations sexuelles. Après avoir pleuré le départ de son épouse âgée de cinquante ans, Bill Cane, un chanteur et professeur de musique, a trouvé que la salle de danse était un endroit propice pour rencontrer l’âme sœur. Chanter et faire la cour allaient bien ensemble : Bill a produit deux nouveaux CD et il a trouvé son nouvel amour. Disponible chez HS ou en DVD. Tapez http://www.newday.com

SITES WEB UTILES A TOUS

www.aarp.org/research/ageline/

Une excellente source de renseignements sur l’âge, disponible grâce à la banque de données Angeline parrainée par l’AARP(10). Contient les résumés de plus de 90'000 publications (publications professionnelles, d’intérêt général et d’aide aux consommateurs) sur l’âge et la population des plus de 50 ans.

 http://www.eckerd.edu/aspec/

ASPEC Le site « Sharing Learning, Sharing Lives » [Partager ses connaissances, partager sa vie] de l’académie des professionnels seniors du Eckerd College à St- Petersburg en Floride.
En passant des arts visuels à l’art culinaire, de la philosophie au vélo, des religions et des croyances à la science et la société, de la littérature à l’humour, les groupes d’étude de l’ASPEC veulent enrichir l’esprit, le cœur et l’âme de leurs 300 membres et plus : « Nous sommes régulièrement en contact avec des étudiants et la faculté de l’Eckerd College, que ce soit comme mentors, collègues et amis. Grâce aux Weekly Social Hours [Heures de rencontres sociales hebdomadaires] au Lewis Center sur le campus et aux événements mensuels qui ont lieu dans les restaurants locaux, nous donnons l’occasion à nos membres de se rencontrer et de renforcer les liens de la communauté ASPEC ».

 http://www.MyWonderfulLife.com

 Ce site Web permet à ses membres de planifier et de partager les détails de leurs funérailles : musique, forme d’enterrement. Ces personnes ont accès à des informations sur les membres, y compris à leurs dernières volontés et leurs comptes en banque.

http://www.YourDeathWish.com

Est un site similaire, situé en Grande-Bretagne. Ses affiliés peuvent se contacter et partager leurs idées sur le service funèbre ou « la fête du départ » comme l’a appelée un de leurs membres.

INVITATION A TOUS

Des lecteurs nous demandent s’ils sont autorisés à reproduire et à faire circuler les articles publiés dans ce bulletin. Nous sommes très heureux de toute initiative qui peut viser à le faire mieux connaître. Vous pouvez utiliser tout ou partie de ce que vous y trouvez, sachant que vous saurez citer la source de ces informations.

PETITES ANNONCES ET EVENEMENTS A VENIR

www.roadscholar.org
Road Scholar propose des voyages éducatifs pour les Baby Boomers du monde entier. La découverte des lieux s’opère par le vécu, et avec des experts locaux et par des activités adaptées. Les programmes font la part belle aux activités planifiées et aux temps libres. Citons entre autres l’observation des baleines à Baja en Californie et les promenades dans les campagnes de Suisse, qui ont été créées spécialement pour les dames. Road Scholar est un département de Elderhostel(11).

www.agingconference.com
La 61ème rencontre de la Gerontological Society of America [la Société américaine de Gérontologie] intitulée Resilience in Aging : Risks and Opportunities [Résister au vieillissement : risques et opportunités] se tiendra du 21 au 25 novembre 2008 au Gylord National Resort and Convention Center à National Harbor, dans le Maryland.

NOTES DU TRADUCTEUR

  1. Une organisation d’entraide née en 1960, lorsque le sénateur John F, Kennedy a invité les étudiants de l’Université du Michigan à servir la paix en allant vivre et travailler dans des pays en voie de développement.
  2. Une des grandes poétesses américaines, née en 1935 à Maple Heights, une campagne de la région de Cleveland, dans l’Ohio. Elle a reçu notamment le prix Pulitzer en 1984 pour son recueil de poésies  American Primitive. Elle vit à Princeton, dans le New Jersey.
  3. Institut national d’étude sur l’âge..
  4. L'Administration américaine des Denrées alimentaires et des Médicaments.
  5. L’Ecole de Santé publique de Harvard.
  6. Une amine précurseur de la noradrénaline, indispensable à l’activité normale du cerveau.
  7. Une université située à Evanston, dans la banlieue de Chicago.
  8. Une grande agence de voyage américaine.
  9. Un bulletin mensuel publié sur la Toile par l’Ecole de Santé de l’Université de Californie, site de Berkeley.
  10. L’Association américaine des Retraités.

INFORMATIONS AUX LECTEURS

Pour souscrire à ce bulletin, allez à la page de souscription du site HealthandAge.com sous http://healthandage.com/Home/gm=22 ou si vous préférez, écrivez à Mary Gergen gv4@psu.edu

Questions et réponses :
Si vous avez des questions ou du matériel à faire partager aux lecteurs du Bulletin, nous vous prions d’écrire à Mary Gergen sur gv4@psu.edu
Anciens numéros :
Les anciens numéros du Bulletin sont archivés sous : http://www.positiveaging.net

Recommander le Bulletin à vos amis: Si vous voulez proposer ce bulletin e-Mail gratuit à vos collègues et amis, cliquez ici pour les inscrire : http://www.healthandage.net/html/res/gergen/entrance.htm

Se désabonner ou changer son adresse e-Mail :
Nous espérons que vous continuerez d’apprécier ce bulletin.
Si vous ne désirez plus le recevoir, envoyez un E-mail vierge à :
leave-healthandage-positive-186299A@nl.healthandage.com

Pour changer d’adresse, écrivez à gv4@psu.edu

Visitez : http://healthandage.com

Pour les activités futures du Taos Institute : http://www.taosinstitute.net

Top